Login
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
621 articles réservés aux adhérents

Vous êtes ici : Accueil / Statistiques / Filière

Effectifs CPGE à la rentrée 2004

Le samedi 24 mai 2008.

Cet article est composé d’extraits de la « note d’information » numéro 05.22 du Ministère de l’Education Nationale, publiée en septembre 2005. Les passages concernant les classes économiques et commerciales ont été privilégiés.


Sommaire :

Avec 73 150 étudiants inscrits, les classes
préparatoires aux grandes écoles affichent
cette année leurs effectifs les plus élevés
depuis la réforme de 1995. Ceux-ci sont en
hausse de 1,5%par rapport à l’année 2003-2004 . Néanmoins, cette croissance
n’est effective que dans les classes du
secteur public (+ 2,1 %) : le nombre d’étudiants
dans le secteur privé recule de 2 %.
Les évolutions sont également contrastées
selon les filières et suivent globalement les
tendances amorcées l’année précédente.

La
baisse des effectifs dans les classes économiques
et commerciales s’accentue : - 2,1%
par rapport à 2003. Il s’agit de la deuxième
année consécutive de diminution contrastant
avec l’augmentation générale entre
1996 et 2002. Cependant, seules les classes
de deuxième année ressentent cette baisse,
faisant écho à celle qui s’est produite dans
les classes de première année l’année précédente.
Les effectifs de ces dernières augmentent
faiblement cette année (+ 0,5%par
rapport à 2003).

La filière technologique ECT
(« Économique et commerciale option Technologique
 ») présente une évolution d’effectifs
particulièrement élevée avec + 5,7 % par rapport
à 2003.

CPGEEtablissements publics Etablissements privésTotal général
Première année de la filière économique et commerciale 6 343 2 049 8 392
Seconde année de la filière économique et commerciale 5 468 1 932 7 400
Total de la filière économique et commerciale 11 811 3 981 15 792
première année
de la filière littéraire
6 000 575 6 575
seconde année
de la filière littéraire
3 989 324 4 313
Total de la filière littéraire 9 989 899 10 888
première année
de la filière scientifique
19 943 2 988 22 931
seconde année
de la filière scientifique
20 436 3 100 23 536
Total de la filière scientifique 40 379 6 088 46 467
Total des effectifs des CPGE 62 179 10 968 73 147

La nouvelle procédure d’admission en CPGE

À la rentrée 2003, a été mise en place une nouvelle procédure
d’admission en classes préparatoires aux grandes écoles. L’objectif
de cette nouvelle procédure informatisée via Internet est à la fois de
faciliter les démarches d’inscription, d’assurer une meilleure lisibilité
générale du dispositif et de mieux remplir les classes afin de
garantir aux écoles un recrutement de qualité et numériquement
suffisant.
Cette procédure s’applique aux établissements publics et privés
sous contrat relevant du ministère de l’Éducation nationale, du ministère
de l’Agriculture et du ministère de la Défense. Elle ne concerne
pas les cycles préparatoires intégrés ni les classes
préparatoires ATS. Elle se déroule en trois étapes principales : inscription
par Internet, consultation des propositions d’admission
puis inscription administrative dans l’établissement d’accueil (pour
plus d’informations, voir le Bulletin Officieln°43 du 21 novembre
2002.
note d’information 05-22 Page 6

Les effectifs de la filière économique et commerciale

Les effectifs des trois filières
(scientifique, économique et commerciale,
littéraire) s’accroissent, surtout ceux des
classes économiques et commerciales
(+ 5,7 %), notamment en première année
(+ 8 %). La hausse est particulièrement forte
dans la section « ENS Cachan section D1 »
(+ 26,6% en première année et + 19,1% en
seconde année). Seules les préparations
des classes économiques option technologique
(+ 0,5 %) en première année et
option scientifique en seconde année se
stabilisent.

Voies de CPGE 1ère année Etablissements publics Etablissements privésTotal général
Prépa. économiques et commerciales opt. scientifique 2 952 909 3861
Prépa. économiques et commerciales opt. économique 2120 1111 3231
Prépa. économiques et commerciales opt. technologique 523 29 552
ENS Cachan section D1 (Économie et droit) 371 0 371
ENS Cachan section D2
(Économie et méthodes quantitatives de gestion)
377 0 377
Total première année 6 343 2 049 8392
Voies de CPGE 2de année Etablissements publics Etablissements privésTotal général
Prépa. économiques et commerciales opt. scientifique 2600 832 3432
Prépa. économiques et commerciales opt. économique 1684 1081 2765
Prépa. économiques et commerciales opt. technologique 386 19 405
ENS Cachan section D1 (Économie et droit) 280 0 280
ENS Cachan section D2
(Économie et méthodes quantitatives de gestion)
338 0 338
ENS Cachan section D1 en 1 an (prépa pour STS) 124 0 124
ENS Cachan section D2 en 1 an (prépa pour STS) 56 0 56
Total seconde année 5468 1932 7400

Profils des élèves entrants en CPGE

20,8 % des bacheliers S 2004 entrent en
CPGE, soit une croissance de 0,2 point par
rapport à 2002. En outre, ils s’orientent plus
souvent vers des CPGE scientifiques (16,5%
des bacheliers S entrent en CPGE scientifique
contre 16,1 % en 2002) au détriment notamment
des CPGE économiques et commerciales
(le flux d’entrée des bacheliers S dans ces
CPGE diminue de 0,3 point entre 2002 et 2004).
À l’inverse, les bacheliers ES intégrant une
CPGE sont en moindre proportion (5,8 %
contre 6%en 2002). Quant aux bacheliers L et
technologiques, leurs taux d’inscription en
CPGE restent stables par rapport à 2002, aux
niveaux respectifs de 7,5%et 1,1 %.

  • Composition sociale

La composition sociale des filières des CPGE
de première année est très variable.
Un premier groupe de
filières se distingue par une présence accrue
d’étudiants d’origines sociales les moins favorisées
par rapport à l’ensemble des CPGE.
Ce sont les classes « technologiques » (qui
s’adressent à des bacheliers technologiques)
 : ECT (Économie et commerce option
technologique), TSI (Technologie et sciences
industrielles), TPC (Technologie, physique,
chimie) et TB (technologie et biologie).
Cependant, en comparant la situation au vivier
des admis au baccalauréat technologique,
le passage du bac vers ces classes s’est
tout de même accompagné d’une sélection
des individus des milieux sociaux les plus
favorisés : les CPGE technologiques comptent
certes plus d’étudiants de milieux modestes
que dans les autres CPGE mais, dans
une moindre mesure, que parmi l’ensemble
des bacheliers technologiques. Le second
groupe est composé des classes « générales
 » et se distingue par une plus grande représentation
d’étudiants d’origines sociales
les plus favorisées. Cette caractéristique se
retrouve dans les classes littéraires, la
classe ECS (Économie et commerce option
scientifique) et la classe ENS CachanC (Arts,
création industrielle). Les autres classes
économiques et scientifiques sont plus
proches de la moyenne.

Le second facteur discriminant oppose d’un
côté les classes littéraires et la classe
ENS Cachan C qui se démarquent par un
taux d’étudiants de milieu enseignant relativement
plus élevé que l’ensemble des classes,
et, de l’autre, les classes économique
ECS, ECE (Économie et commerce option
économie) et ENS Cachan section D1 qui se
caractérisent parallèlement par un taux
d’étudiants de milieu supérieur relativement
plus élevé que l’ensemble des classes.
Le
profil des classes scientifiques
MPSI
(Maths, physique, sciences de l’ingénieur),
PCSI (Physique, chimie, sciences de l’ingénieur),
PTSI (Physique, technologie, sciences
de l’ingénieur) et BCPST (Biologie, chimie,
physique, sciences de la Terre) ainsi que la
classe ENS Cachan section D2 sont plus proches
de la moyenne.

Passage de première en seconde année de CPGE

Parmi l’ensemble des étudiants inscrits en
première année de CPGE à la rentrée 2003
dans des établissements publics ou privés
sous contrat du ministère de l’Éducation
nationale, 73,7 % ont continué en CPGE en
2004-2005.

Les taux de sortie chez les préparationnaires
des voies scientifique et économique sont
proches, respectivement 22,9 % et 21 %.

Près de 56 %
des étudiants qui quittent leur CPGE en première
année vont à l’université, 18%en IUT,
3 % en STS et 23 % dans d’autres cursus
(écoles de commerce, écoles d’art et d’architecture,
etc.). Par rapport à l’ensemble des
filières bac + 1 du supérieur, les CPGE se caractérisent
par un taux de d’abandon en
deuxième année moins élevé que la
moyenne et par un taux d’arrêt d’études quasi
nul (contre 6,5 %d’arrêt sur l’ensemble des
filières bac + 1).

  • Situation en 2004-2005 des étudiants en première année de CPGE en 2003-2004
Type de classe
préparatoire
Effectif % seconde année CPGE Autre CPGE sortants
ECS 3715 81,1 0,9 18,0
ECE 2869 78,7 0,4 20,8
ECT 522 72,6 0,6 26,8
Cachan D1 384 67,7 0,5 31,8
Cachan D2 382 68 ,1 0,5 31,4
Total première année
CPGE économique et commerciale
7920 78,3 0,6 21,0
Total première année littéraire 6246 53,8 0,8 45,4
Total première
CPGE année scientifique
22207 75,6 1,5 22,9

Lecture : 522 élèves étaient inscrits en première année de CPGE ECT (économique et commerciale voie technolgique) pendant l’anné scolaie 2003-2004, 72,6% d’entre eux sont inscrits dans une seconde année de CPGE correspondant à leur filière en 2004-2005

L’abandon en première année de CPGE
est corrélé à la filière d’inscription (scientifique,
littéraire ou économique et commerciale).

Si une analyse « toutes choses
égales par ailleurs » sur l’ensemble des étudiants
en CPGE vient confirmer l’impact de la
filière d’inscription et nous apprend qu’un étudiant
en première année de CPGE littéraire a
2,5 fois plus de risques de quitter sa CPGE
qu’un étudiant en sciences et, 3,8 fois plus
qu’un étudiant en économie et commerce,
elle indique également que d’autres facteurs
entrent en jeu, liés notamment aux caractéristiques
socio-démographiques et
scolaires.
Il apparaît, en outre, que leur nature
et leur puissance d’impact diffèrent nettement
d’une filière à l’autre.

Ainsi, le « retard » ou non scolaire s’avère
Cet
effet est le plus intense dans les classes
scientifiques. De plus, il apparaît que les étudiants
« en avance », inscrits dans les classes scientifiques
ainsi que dans les classes économiques
et commerciales, continuent davantage leur
cursus que leurs homologues « à l’heure » ou
« en retard », alors que l’on ne note aucune
différence significative pour ces deux profils
dans les formations littéraires.

Être interne réduit les risques de sortie en
première année dans les filières scientifique
et littéraire (un interne a globalement
1,3 fois plus de chances de rester en CPGE la
deuxième année qu’un non-interne)mais n’a
pas d’impact dans la filière économique et
commerciale.

Alors qu’elle n’a pas d’effet dans les classes
économiques et commerciales, l’appartenance
sociale intervient parmi les facteurs
de sortie dans les classes littéraires et scientifiques.

  • Impact des différentes caractéristiques des étudiants
    sur leur probabilité de quitter les CPGE en première année Effet marginal par rapport à la situation de
    référence (en %)
Facteurs Filière scientifique Filière littéraire Filière économique et commerciale
Probabilité de quitter les CPGE dans la situation
de référence (en italique) :
18,1% 36,8% 14,5%
Sexe
Garçon Réf réf réf
Fille 5,4 ns ns
Nationalité
Français Réf réf réf
Etranger 3,7 ns ns
Appartenance sociale
Milieu supérieur Réf réf réf
Milieu intermédiaire 2,2 Ns ns
Milieu populaire 2,4 6,0 ns
Milieu enseignant 0,0 ns ns
Age
A l’heure Réf réf réf
En avance -5,1 Ns -2,5
En retard 17,6 11,1 5,8
Baccalauréat
S Réf réf réf
L 24,2 Ns 7,0
ES 12,9 15,8 2,9
Technologique 2,6 ns ns
internat
Non Réf réf réf
oui -2,4 -4,6 ns
Établissement d’inscription (*)
2eme Quartile Réf réf réf
1er quartile -7,2 -12,6 -6,8
3eme quartile 4,2 8,9 6,1
4eme Quartile 10,8 27,1 17,2

ns : variable ou modalité non significative au seuil de 5 %.

(*) Les établissements ont été regroupés dans des groupes de taille égale en fonction de leur taux de sortants en
première année. Ainsi, parmi les 97 établissements dispensant des CPGE économiques et commerciales, le
premier quartile est constitué des 24 établissements ayant les taux de sortants en première année les plus faibles.
Lecture : en classes préparatoires littéraires, l’appartenance sociale, l’âge, le baccalauréat obtenu, le statut
d’interne et l’établissement d’inscription influent sur la probabilité de sortie en première année alors que le sexe
et la nationalité n’ont pas d’effet. Dans ces classes, la situation de référence est celle d’un étudiant de première
année de milieu supérieur, « à l’heure », détenant un bac S, non interne et inscrit dans le deuxième quartile des
établissements ayant les taux de sortants les plus faibles. La probabilité pour un étudiant dans la situation de
référence de quitter sa CPGE est de 36,8 %. « Toutes choses égales par ailleurs », un élève issue du milieu
populaire a plus de risques de quitter sa CPGE : la probabilité associée est supérieure de 6,0 points à celle d’un
élève issu de milieu supérieur (situation de référence).

Notes

[1Les classes préparatoires aux grandes écoles constituent des formations de premier cycle de l’enseignement supérieur. Elles sont réparties en trois filières :

  • les classes économiques et commerciales préparent aux écoles supérieures de commerce
    et de gestion, au groupe des écoles nationales d’économie et de statistique et aux écoles
    normales supérieures ;
  • les classes littéraires préparent aux écoles normales supérieures, à l’École nationale
    des chartes, aux écoles supérieures de commerce et de gestion, au groupe des écoles
    nationales d’économie et de statistique et aux instituts d’études politiques ;
  • les classes scientifiques conduisent aux écoles d’ingénieurs, aux écoles normales
    supérieures et aux écoles nationales vétérinaires.

Création de site internet & référencement internet & référencement naturel : www.impaakt.fr