Login
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
875 articles réservés aux adhérents

Décret n°2002-482 du 8 avril 2002

Le jeudi 18 avril 2002.

Application au système français d’enseignement supérieur de la construction de l’Espace européen de l’enseignement supérieur


DECRET 2002-482 du 08-04-2002

SANCTION DES ETUDES

Application au système français d’enseignement supérieur de la construction de l’Espace européen de l’enseignement supérieur

Vu le code de l’éducation ; D. n° 84-573 du 5-7-1984 mod. ; D. n° 84-932 du 17-10-1984 mod. par décrets n° 89-534 du 2-8-1989 et 23-11-1994 ; D. n° 2002-481 du 8-4-2002 ; avis du CNESER du 26-11-2001

Article 1 - Afin d’assurer, dans le respect des objectifs et missions fixés aux articles L. 123-1 à L. 123-9 du code de l’éducation et dans la perspective de l’Espace européen de l’enseignement supérieur, la transition entre le dispositif réglementaire fixant l’organisation actuelle de l’enseignement supérieur et une organisation renouvelée de cet enseignement, le présent décret a pour objet d’instaurer un cadre permettant aux établissements d’enseignement supérieur d’innover par l’organisation de nouvelles formations.

TITRE I - Principes généraux

Article 2 - L’application nationale aux études supérieures et aux diplômes nationaux de la construction de l’Espace européen de l’enseignement supérieur se caractérise par :

  1. une architecture des études fondée principalement sur les trois grades de licence, master et doctorat ;
  2. une organisation des formations en semestres et en unités d’enseignement ;
  3. la mise en œuvre du système européen d’unités d’enseignement capitalisables et transférables, dit “système européen de crédits - ECTS” ;
  4. la délivrance d’une annexe descriptive aux diplômes dite “supplément au diplôme” afin d’assurer, dans le cadre de la mobilité internationale, la lisibilité des connaissances et aptitudes acquises.

Article 3 - L’articulation de la construction de l’Espace européen de l’enseignement supérieur et de la politique nationale a pour objectifs :

  • d’organiser l’offre de formation sous la forme de parcours types de formation préparant l’ensemble des diplômes nationaux ;
  • d’intégrer, en tant que de besoin, des approches pluridisciplinaires et de faciliter l’amélioration de la qualité pédagogique, de l’information, de l’orientation et de l’accompagnement de l’étudiant ;
  • de développer la professionnalisation des études supérieures, de répondre aux besoins de formation continue diplômante et de favoriser la validation des acquis de l’expérience, en relation avec les milieux économiques et sociaux ;
  • d’encourager la mobilité, d’accroître l’attractivité des formations françaises à l’étranger et permettre la prise en compte et la validation des périodes de formation, notamment à l’étranger ;
  • d’intégrer l’apprentissage de compétences transversales telles que la maîtrise des langues vivantes étrangères et celle des outils informatiques ;
  • de faciliter la création d’enseignements par des méthodes faisant appel aux technologies de l’information et de la communication et le développement de l’enseignement à distance.

TITRE II - Dispositions pédagogiques

Article 4 - Les parcours types de formation mentionnés à l’article 3 du présent décret sont des ensembles cohérents d’unités d’enseignement, organisant des progressions pédagogiques adaptées. Ils visent à l’acquisition d’un ou plusieurs diplômes nationaux et sont proposés par les établissements d’enseignement supérieur dans le cadre de la procédure mentionnée à l’article 4 du décret 8 avril 2002 susvisé.

Article 5 - Chaque unité d’enseignement a une valeur définie en crédits européens, au niveau d’études concerné.

Le nombre de crédits par unité d’enseignement est défini sur la base de la charge totale de travail requise de la part de l’étudiant pour obtenir l’unité. La charge totale de travail tient compte de l’ensemble de l’activité exigée de l’étudiant et, notamment, du volume et de la nature des enseignements dispensés, du travail personnel requis, des stages, mémoires, projets et autres activités.

Afin d’assurer la comparaison et le transfert des parcours de formation dans l’espace européen, une référence commune est fixée correspondant à l’acquisition de 180 crédits pour le niveau licence et de 300 crédits pour le niveau master. Cette référence permet de définir la valeur en crédits de l’ensemble des diplômes. Les crédits sont obtenus lorsque les conditions de validation définies par les modalités de contrôle de connaissances et aptitudes propres à chaque type d’études sont satisfaites.

Article 6 - Les conditions d’acquisition des crédits au sein d’un parcours type de formation et les règles de prise en compte des crédits antérieurement acquis sont fixées de manière à assurer la cohérence des formations, à garantir la validation par le diplôme national concerné et à favoriser les réorientations.

TITRE III - Modalités d’application

Article 7 - Le ou les ministres intéressés peuvent fixer, après avis des instances consultatives compétentes, les modalités d’application des titres Ier et II du présent décret à des domaines d’études particuliers et aux diplômes nationaux correspondants.

Article 8 - Dans le cadre des dispositions mentionnées à l’article précédent, il peut être également prévu un régime transitoire permettant aux établissements d’enseignement supérieur d’organiser tout ou partie de leurs formations, soit dans le cadre réglementaire en vigueur à la date de parution du présent texte, soit dans le cadre réglementaire du présent décret.

Article 9 - L’application du présent décret fait l’objet d’un dispositif de suivi destiné à étudier toute question relative à l’organisation des parcours types de formation, à leur lisibilité, à leur publicité ainsi qu’aux conditions de leur généralisation.

Article 10 - Le présent décret est applicable dans les territoires de la Polynésie française et des îles Wallis-et-Futuna et en Nouvelle-Calédonie.

Article 11 - Le ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, la ministre de l’emploi et de la solidarité, le ministre de l’intérieur, le ministre de l’éducation nationale, le ministre de la défense, le ministre de l’équipement, des transports et du logement, la ministre de la culture et de la communication, le ministre de l’agriculture et de la pêche, la ministre de la jeunesse et des sports, le ministre de la recherche, le ministre délégué à la santé, le ministre délégué à l’industrie, aux petites et moyennes entreprises, au commerce, à l’artisanat et à la consommation et le secrétaire d’État à l’outre-mer sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 8 avril 2002

Par le Premier ministre :

Lionel JOSPIN

Le ministre de l’éducation nationale

Jack LANG

Le ministre de l’économie, des finances et de l’industrie

Laurent FABIUS

La ministre de l’emploi et de la solidarité

Élisabeth GUIGOU

Le ministre de l’intérieur

Daniel VAILLANT

Le ministre de la défense

Alain RICHARD

Le ministre de l’équipement, des transports et du logement

Jean-Claude GAYSSOT

La ministre de la culture et de la communication

Catherine TASCA

Le ministre de l’agriculture et de la pêche

François PATRIAT

La ministre de la jeunesse et des sports

Marie-George BUFFET

Le ministre de la recherche

Roger-Gérard SCHWARTZENBERG

Le ministre délégué à la santé

Bernard KOUCHNER

Le ministre délégué à l’industrie,
aux petites et moyennes entreprises,
au commerce, à l’artisanat et à la consommation

Christian PIERRET

Le secrétaire d’État à l’outre-mer

Christian PAUL


Création de site internet & référencement internet & référencement naturel : www.impaakt.fr